Défiscalisation Girardin : les détails à ne pas négliger !



Afin de ne pas avoir de mauvaise surprise durant votre opération girardin, il est important et nécessaire de vérifier certains détails fondamentaux.

Le conseil fiscal :


N'agissez jamais seuls ! Faîtes-vous conseiller pour planifier votre opération de défiscalisation girardin, mais pas par n'importe qui. Pour ce type de conseils, beaucoup d'entre vous ont le réflexe de s'adresser à leur banquier. Clairement, ce n'est pas faire le meilleur choix... Votre banquier est avant tout un commerçant. Son métier, c'est de vendre des produits financiers, et particulièrement, des crédits immobiliers.

Faîtes donc attention à l'objectivité du conseil.

Mais faîtes aussi très attention à la qualité de ce conseil, car votre conseiller financier n'est pas plus fiscaliste que votre directeur d'agence. Les agences bancaires maîtrisent très mal les rouages fiscaux de ces opérations, et votre loi Girardin peut très vite ne vous rapporter que la moitié ou le quart de ce qu'elle pourrait.

Une défiscalisation Girardin male optimisée, c'est autant d'économies d'impôts en moins ! Dans la même logique, un promoteur immobilier n'est pas non plus en mesure de vous donner un conseil objectif ou même correctement chiffré. Un professionnel de la fiscalité reste le meilleurs choix. Adressez-vous à un fiscaliste, avocat-fiscaliste ou un conseiller fiscal agréé (appelés aussi consultants en fiscalité). Ils traitent ce type de dossiers tous les jours, et connaissent les mécanismes qui permettent de rentabiliser au maximum une défiscalisation Girardin. Certains facturent leurs consultations, et d'autres, une part des économies d'impôts que vous réalisez en suivant leurs conseils (entre 7% et 15%)

Le bien immobilier :


Choisissez un promoteur solide ! Il doit pouvoir vous présenter l'intégralité des garanties liées à la construction (biennale, décennale, parfaite achèvement des travaux etc.)

Choisissez un bien comme pour vous, c'est à dire comme si vous vous destiniez à y résider vous-mêmes. N'oubliez pas qu'il vous faudra sûrement le revendre dans le futur. Sélectionner donc ce bien selon les critères classiques : agglomération, orientation, étage, situation, vue etc. Par exemple, s'il vous est inconcevable de louer un 5em étage sans ascenseur, soyez certains qu'un grand nombre de vos locataires potentiels se feront la même réflexion. Vous aurez donc plus de mal à louer.

La loi Girardin n'est pas un placement financier ! C'est un placement immobilier réel, et vous devez donc faire les choix appropriés. Ne vous limitez pas à des critères de choix désuets, et obsolètes. Par exemple, vous n'avez que peu d'intérêt à vouloir acheter en centre-ville. D'une part, car les prix y sont clairement plus chers que dans les villes limitrophes. D'autre part, car le phénomène d'exode urbain actuel, qui pousse les classes moyennes/moyennes+ à quitter les centres, vous assurera une demande locative tout à fait adaptée.

La prudence recommande donc de privilégier des programmes et des biens immobiliers situés à 5-20 km des grandes et moyennes localités. Sélectionnez des promoteurs qui vous proposent un prix catalogue, ferme et définitif, en phase avec les prix du marché, et surtout, acte en main ! Certains promoteurs prennent en charge les frais de notaires, les intérêts intercalaires, les frais bancaires etc.

Un investissement locatif loi girardin peut aujourd'hui se faires par produits entièrement packagés et sécurisés.

Le financement :


D'abord, rappelez-vous qu'il s'agit de financer un investissement locatif et non une résidence principale. Dans le premier cas, vous pouvez déduire vos intérêts d'emprunt, mais pas dans le second. L'investissement locatif en défiscalisation Girardin le permet aussi. Si vous hésitez entre taux fixe et variable, sachez que l'idéal se trouve souvent entre les deux : le taux variable CAPE. Un CAPE est un taux variable sécurisé, c'est à dire qu'il ne pourra jamais dépasser le taux initial de plus de 1% à 2%. L'avantage est qu'il débute nettement plus bas qu'un fixe.

Pensez aussi que bien défiscaliser , c'est aussi se renouveler. Vous aurez peut-être envie de revendre votre bien après les 6 ans obligatoires, pour refaire une autre défiscalisation Girardin. L'investissement locatif loi girardin gommant les impots des cinq premières années, cela permet de refaire une nouvelle défiscalisation, puisque l'on achète à nouveau un bien neuf. Vous gardez donc votre bien 6 ans, mais votre financement, lui, peut avoir été planifié sur 15 ou 20 ans. Dans ce cas vous allez donc faire un remboursement anticipé du capital restant dû. N'hésitez pas à négocier l'absence de pénalités ! Si vous ne le faîtes pas, votre banque vous gratifiera d'une "amende" de 3% car elle devra abandonner 5 ou 10 ans d'intérêts.

Si cette close vous est refusée... poussez la porte de la banque d'en face !

La gestion et les assurances locatives :


Vérifiez que vous êtes bien assurés contre les loyers impayés. Certains contrats d'assurance permettent de sécuriser votre investissement girardin par des garanties de loyers de 100%, et souvent, sans franchise.

Là aussi, l'offre est large, alors prenez votre temps, et choisissez ce qui vous couvre le mieux. Assurez-vous aussi contre l'absence de locataire. Un changement de locataire peut vous priver de 2 ou 3 mois de loyers dans l'année. Il vous faudra donc choisir un contrat qui vous garantisse 3 ou 4 mois votre loyer, en cas de changement. Les assurances et frais de gestion sont déductibles, ce qui ne peut être qu'une bonne nouvelle !

Votre loi Girardin


La défiscalisation, c'est comme une brosse à dents:



C'est personnel !

Chaque foyer fiscal est différent, et chaque plan de défiscalisation doit donc impérativement être personnalisé. Il vous faut donc une solution adaptée.

Définissez vos objectifs :



Prenez vos décisions en fonction de vos buts. Il y a mille et une façon d'orienter sa défiscalisation vers le futur que l'on se trace.

Par exemple, vouloir conserver son bien pour le transmettre, ou au contraire, prévoir sa revente au bout de 6 ans, ce n'est pas la même chose ! Vous devrez faire les choix appropriés (valeur du bien, durée et conditions de financement etc.)

Au bout des 6 ans, si vous conservez votre bien et que vous voulez basculer en location meublée, il faut préparer le terrain dès le début. Tous ces détails s'anticipent !

Informez-vous !

Tous les moyens sont bons : internet, presse, TV, amis, bureau, famille, mais surtout votre fiscaliste/avocat-fiscaliste.

Pour en bénéficier, rien de plus simple : utilisez le formulaire de demande d'information à votre droite.

Un fiscaliste ou conseiller en gestion de patrimoine agréé et indépendant vous aidera à faire une "check-list" des détails à ne pas oublier pour que votre loi giradin se déroule sans soucis.

Ces demandes d'information sont totalement gratuites et confidentielles.

Vous aborderez notamment certains axes de réflexion spécifiques :

  • La réduction d'impôts
  • La création d'un revenu complémentaire (vos loyers)
  • La constitution d'un patrimoine immobilier
  • La préparation de votre retraite
  • Soyez sûrs de prendre les bonnes décisions !

Vous êtes sur un site d'information fiscale. Si vous cherchez des informations sur la défiscalisation immobilière en général, ou sur la loi girardin en particulier, vous trouverez beaucoup de réponses utiles et de nouveaux éléments de réflexion.

Défiscalisation : idées reçues !

Tout d'abord, si vous cherchez une formule magique ou une solution miracle pour ne plus payer d'impôts, nous vous souhaitons bien du courage ! Il n'existe aucun "formulaire rose" à remplir pour devenir non-imposable. Croyez bien que notre système fiscal est ainsi fait que vous aurez toujours des impôts à payer, qu'ils soient directs ou indirects.
La réalité des lois de défiscalisation.
Elles existent avant tout pour vous donner la possibilité d'utiliser directement l'argent de vos impôts afin mener à bien des investissements personnels. Attention, il ne s'agit pas de n'importe quel type d'investissements. Ils doivent avoir un réel intérêt pour la collectivité. La défiscalisation, c'est agir pour soi, mais d'abord et avant tout dans l'intérêt général, et c'est cela qui vous donne droit à diverses réductions d'impôts. La défiscalisation en loi Girardin.
Elle répond à 2 problématiques :
1. La France connaît une crise du logement de plus en plus forte. La demande de biens immobiliers en location est largement supérieure à l'offre, et les loyers sont donc hors de prix. Cette situation se retrouve tant en métropole que dans les territoires d'outre-mer (Réunion, Martinique, Guadeloupe, Polynésie etc). Pour le moment, aucun gouvernement n'a réussi à enrayer ce processus. 2. Nous sommes de plus en plus nombreux à vouloir devenir propriétaires-bailleurs (loueurs), afin de nous créer un complément de revenus (locatif) et un patrimoine immobilier.

Ainsi, le Gouvernement a besoin de voir l'offre locative augmenter rapidement. Il a donc créé la loi de Robien (anciennement Besson, Périssol etc.) pour la métropole, et la loi Girardin pour les DOM TOM.

La loi Girardin a pour objectif de nous inciter et de nous aider à "produire" un logement neuf dans les territoires d'outre-mer, ce qui contribuera à résorber les carences actuelles des marchés locatifs locaux

La fiscalité immobilière loi giradin a été spécifiquement étudiée pour encourager les investissements locatifs, par le biais d'une réduction d'impôts d'autant plus substantielle qu'elle est quasi-illimité. La loi giradin va donc nous permettre de réduire nos impôts ! C'est encore la meilleure méthode pour aider et motiver un contribuable à investir.

Un argument qui fait forcément mouche dans un pays où le taux de prélèvements obligatoires atteint les 45% !

Parce qu'ils font partie les contribuables les plus imposés en Europe et dans le monde, les français n'ont jamais manqué de plébisciter massivement ce type de mesures de défiscalisation.

Votre la loi Scellier


Quels sont les avantages de la loi Scellier DOM-TOM ?



Grâce à mon investissement Scellier DOM-TOM en 2012, je bénéficie d'une réduction d'impôt égale à 31% du prix de revient de mon logement dans la limite de 300000 euros d'investissement et ce, pour un investissement Scellier DOM-TOM réalisé en 2012.

L'économie d'impôt du Scellier DOM-TOM peut donc atteindre l'impressionnant chiffre de 93 000 € sur 9 ans, soit 10 333,3 € par an.

Comme pour le Scellier classique, je peux prolonger la location de mon bien neuf situé dans les DOM-TOM au delà des neuf premières années et ce, jusqu'à six années supplémentaires au maximum, avec en prime une réduction d'impôt de 12% sur ces six années.

De plus, la loi Scellier DOM TOM permet de déduire du revenu global le déficit foncier crée pendant la période de réduction d'impôt.

Le Scellier DOM TOM me permet de bénéficier d'un abattement forfaitaire de 30% sur les loyers que je vais percevoir.

Quand faut-il investir en Scellier DOM-TOM ?


Plus tôt j'investis, plus la réduction d'impôt de mon investissement Scellier DOM-TOM sera interessante.

En effet, Si l'investissement Scellier DOM-TOM est signé en 2012, la réduction d'impôts est de 31%.

Quelles sont les différences et les points communs entre la loi Girardin et la loi Scellier DOM-TOM ?

La loi Girardin s'applique aussi à la location d'un logement neuf acheté dans les DOM-TOM.

L'investissement Girardin est plafonné par un prix d'acquisition au mètre carré, contrainte inexistante en Scellier DOM-TOM.

Seule la loi cellier outremer permet de déduire du revenu global le déficit foncier qu'il crée pendant la période de réduction d'impôt et de bénéficier d'un abattement forfaitaire de 30% sur les loyers. Pourquoi la loi Scellier outremer?

La loi Scellier outremer a été conçue pour :

  • favoriser le développement de l'économie dans les territoires d'outre-mer en période de crise économique mondiale
  • nous inciter à investir dans les DOM-TOM grâce à des avantages fiscaux exceptionnels.

En savoir plus : "Les mesures fiscales"





CONTACTEZ-NOUS


MF CONSULTING & FINANCE

Adresse :
ZI Petite Cocotte - Imm. HEXAGONE
97224 DUCOS


Horaires : Lundi au Vendredi : 8h à 17h

Téléphone : 0596 726 533 - Fax : 0596 726 659

E-mail : contact@mfcfinance.fr

Via le formulaire de contact ci-dessous :

Objet*:
Nom* :
Prénom* :
E-mail* :
Message* :








Mentions légales - Conception, hébergement, référencement : Fwipages